PLACE DU CORPS ET DE L’ESPRIT

La relation du corps et de l’esprit pose essentiellement le problème de savoir comment expliquer leur relation, c’est à dire les processus mentaux, et les états des processus corporels.

Il est par exemple évident que nos expériences sensorielles ont leur origine dans des « stimuli » qui nous parviennent du monde extérieur par le moyen de nos organes des sens. Ces stimuli produisent des modifications de l’état de notre cerveau. Cela cause la perception de sensations qui peuvent être agréables ou déplaisantes et en fin de compte une grille d’interprétation programmation pour les nouveaux stimuli.

place_corps_esprit_1Quand je vous regarde : Je vois un tout. Je ne vois pas un esprit d’un coté et un corps d’un autre. L’accès à la personne est dans sa totalité. L’être est complexe, c’est à dire multiple, riche. Les interactions sont nombreuses entre les pensées, les émotions, le psychisme et le corps physique. D’ailleurs cela a donné de nouvelles disciplines telle la psycho-neuro-immunologie qui explore ces liens entre la conscience (psycho), le système nerveux (neuro) et les mécanismes de défenses contre les agents infectieux et la division cellulaire aberrante (immunologie). Cette vision propose de prendre en compte les aspects physiques ou matériels et également ce qui relève de la conscience. Ce sont les approches corps-esprit, appelé couramment mind body médecine par les anglais.

Carl Gustav Jung, Pierre Janet avaient ouvert ces portes. Ils sont présentés comme des monistes (tout ce qui existe – l’univers, le cosmos, le monde – est essentiellement un tout unique, donc notamment constitué d’une seule substance). Les neurosciences postulent elles aussi l’unité corps-esprit. La science quantique aboutit à cette même position.

place_corps_esprit_2Le domaine des approches corps-esprit n’est pas encore défini avec précision. Les recherches sont nombreuses. Le stress est largement mis en jeu, surtout s’il est chronique, ainsi que les émotions négatives et les maladies chroniques, mais il est difficile de démontrer jusqu’où vont leurs effets. Les approches qui composent plus spécifiquement la psycho-neuro-immunologie sont les suivantes :

  • Relaxation : hypnose, autohypnose, sophrologie, visualisation, training autogène, bio-synergie, tai-chi, Qi Gong, yoga, et techniques énergétiques telles que reiki, toucher thérapeutique…
  • Intériorisation : méditation, réponse de relaxation, approche ECHO, prière.
  • Toutes les psychothérapies dont l’art thérapie, les thérapies psychocorporelles et transpersonnelles.
  • Biofeedback.
  • Approches psychosociales : groupes d’entraide, soutien social, amis, etc. Dans ma pratique, cela peut me conduire à vous faire diverses propositions, soit pour chez vous, soit pendant la séance. C’est par exemple l’emploi de la focalisation sur la conscience corporelle, de la méditation, de la relaxation, du toucher, ou du massage ou de mouvement…

Wilhem Reich, psychanalyste, avait fait du corps le centre du traitement. Il en découle la thérapie psychocorporelle. Il montre que l’organisme peut refouler conflits et émotions par une retenue respiratoire, des blocages musculaires, des crispations chroniques. L’importance est donnée de façon égale aux processus corporels, psychiques, sociaux et énergétique dans la santé et la maladie. De nouvelles perspectives sont ouvertes en psychothérapie et psychosomatique. Le corps est « une mémoire vivante ». Il porte en lui les traces du vécu personnel et de l’héritage familial. Le concept du « corps-conscience » traduit cette synergie indissociable entre le corps et le psychisme. Dans cette perspective, le corps, les émotions, les pensées et les mots prononcés interagissent et sont porteurs de sens.

Les possibilités sont grandes et elles demandent d’être ajustées à chacun. Cela peut comporter des changements dans les habitudes de vie, des exercices, de la diététique… une hygiène de vie, tant personnelle que sociale. Ces mises en place ont toujours beaucoup apporté. Les effets mettent généralement du temps à se manifester. Il est important d’essayer d’y associer au plus le plaisir. L’efficacité se présente pour prévenir les maladies tant physiques que psychiques, pour contribuer à des guérisons diverses et pour améliorer son bien être. Le corps est autant à libérer que l’esprit.

place_corps_esprit_3Au delà des programmes de toutes sortes, la relation au corps implique la conscience. Le corps a ses raisons que la raison ne connaît pas. Qu’est ce qui ce passe en soi ? Le ressenti (les sensations kinesthésiques, perceptions viscérales, émotions) peut dépasser la simple sensation physiologique. Il s’agit d’apprendre à faire le point sur, focusing, pour préciser et révéler des renseignements pertinents. Il existe un sens corporel, où le corps « connaît » les problèmes auxquels la personne fait face. Il faut commencer par accepter. La bonne écoute du senti deviendra une habitude et un respect de soi. L’information ne viendra pas du mental ni de la logique habituelle. Le corps est soi depuis notre conception. Etablir le contact avec ce qui est là, à l’intérieur, sans jugement préconçu, sans idée préalable. Se laisser à son corps, et non juste à la tête, c’est à dire à son soi dans son entièreté, pour le laisser choisir ce qui est le mieux pour soi représente un défi considérable. Ce n’est pas tant d’apprendre quelque chose, que de faire l’expérience même qui se déroule.

Pin It on Pinterest