LA POSTURE

Quand je vous reçois, je commence par me centrer. Je vais plus loin et m’abandonne un temps. Je cesse d’être préoccupé par moi même. Je laisse mes soucis quotidiens et perds mes certitudes. J’accueille pleinement ce qui est là. Je peux être libre et simple, attentif à vous et à ce qui ce passe. Si je restais dans mon savoir, je ne vous rencontrerais pas autant. Alors votre travail peut commencer. En psychothérapie, « vous » venez faire votre travail : prendre soin de vous.

Dans le premier mouvement psy, la psychanalyse, le thérapeute était le spécialiste. C’est la posture de savoir habituel. Par l’expérience  et surtout à partir du courant humaniste est venue une autre forme: « vous êtes l’expert de vous même ». La thérapie est une histoire de confiance et de reliance. Vous êtes votre spécialiste de vie. Je m’y consacre. Nous avons besoin de l’autre pour prendre conscience.

La Posture

Au début de toute séance, je repars à zéro, même avec une personne que j’ai rencontrée plusieurs fois. Rien n’est tenu pour acquis, être vierge de toute stratégie, si ce n’est de vérifier que chaque partie de moi est suffisamment détendue et tonique, sans angoisse ni contention… Je peux recevoir dans la tranquillité. Ce n’est pas de l’indifférence. Je peux simplement être avec vous, avec le mouvement de votre vie comme une danse, tout en réfléchissant à ma pratique, sans perdre la fluidité. Il ne s’agit pas que je pense et sente comme vous, mais que je vous aide à inventer votre nouvelle vie qui vient maintenant.

Vous ne ressemblez à personne d’autre. Vous êtes unique et il n’y en aura pas d’autre comme vous. Vous faites vos choix et vous les assumez. Vous êtes libre et responsable.

Pour aller plus loin, trouver du sens et répondre à votre demande d’aide et d’accompagnement sérieusement, je vous demande votre engagement. C’est notre déontologie professionnelle, fondée sur l’expérience. Elle vous protège et permet votre avancement. L’enjeu est une authenticité plus grande avec vous même, avec votre inconscient, pour devenir libre à vous même, à vos blessures, à vos souffrances, vos colères et tristesses… libre de vivre au mieux jour après jour. L’engagement profond avec vous même, passe par l’engagement avec l’autre. Ce n’est pas une prison. La règle qui nous protège est simple : si vous voulez arrêtez, vous le dites dans une séance (non au téléphone, par sms, mail… système impersonnel) et nous reprenons une séance pour conclure et faire le bilan du cheminement. Ainsi tout se fait dans le respect réciproque du lien à soi et à l’autre. Enfin pour que l’engagement de relation soit concret (et non dans une pensée virtuelle), nous prenons toujours un rendez vous d’une séance à l’autre (même après des vacances) et toute séance commandée est due.

L’expérience nous a montré que lorsque nous approchons des choses sensibles de votre vie, que des mécanismes de défense (inconscient) se mettent en place pour éviter de retrouver les vieilles souffrances. Alors à ce moment, le travail n’avance plus, ne plait plus et vient le désir d’arrêter. C’est pour répondre à votre engagement pour votre mieux être que nous avons mis en place ces procédures simples. Bien sur, vous pouvez arrêter parce que vous trouvez cela trop difficile, que vous en perdiez l’intérêt ou que cela vous demande trop d’énergie. Nous pouvons aussi prendre le temps de regarder ce qui se passe tranquillement.

La Posture

Thérapeute, je suis chercheur. Je propose des choses avec mon expérience et mes apprentissages, mais je n’impose pas. J’échange, la thérapie est relationnelle. Je peux témoigner ou donner mon avis si nécessaire. C’est juste un repère pour que vous trouviez votre meilleure façon d’être, dans vos relations, dans vos choix et dans vos engagements. Je suis accoucheur pour laisser advenir la forme saine en vous.

L’intuition a une place. De même que mes pairs (Jung, Maslow, Grof…), je suis dans une vision globale holistique. Vous existez comme corps, cœur, pensée et âme : quatre niveaux de conscience physique, émotif, mental et spirituel. Votre façon d’être là, présent, à vous et à l’extérieur, en capacité de cœur, de sagesse qui sait lâcher prise pour recevoir la vie présente, et enfin avancer dans l’inconnu pour s’élever. Il n’y a pas de hasard dans ce qui arrive, c’est toujours le bon moment.

La présence est essentielle. Etre ce fidèle témoin présume l’écoute dans l’ici et maintenant, sans condamnation, sans blâme. La présence de l’amour est fondamentale dans la relation thérapeutique. Elle permet le plein épanouissement de la personne qui demande de l’aide. Il y a toujours une lecture à faire pour transcender les limites de l’ego et donner un sens profond aux situations. La disparition d’en être cher peut être un héritage et comporter une mission. La perte d’un travail peut être l’occasion de se réaliser plus pleinement dans un domaine plus épanouissant. La maladie peut devenir un temps d’intériorisation et d’approfondissement. Le lâcher prise permet à la rivière de la vie de couler librement pour la meilleure réalisation. Historiquement la psychologie s’est toujours préoccupée d’aider à répondre aux questions fondamentales existentielles.

La Posture

C’est l’aventure d’être en vie.« Le changement en thérapie apparaît lorsque la personne devient ce qu’elle est, non lorsqu’elle essaie de devenir ce qu’elle n’est pas » (A.Beisser). Ce n’est pas si simple, l’enfant s’adapte, se rebelle, parfois jusqu’à oublier qui il est. C’est l’enjeu dans une séance : être ce que nous sommes, pleinement investi, authentique. C’est là que je vous accompagne. Votre chemin n’est pas le mien. L’espace thérapeutique est un laboratoire dense : « Il nous révèle ce que nous sommes, ce que nous pensons être et ce que nous ne sommes pas, et ce que nous sommes entrain de devenir » (J.M.Delacroix).

Pin It on Pinterest