QI GONG

Le Qi Gong est un art énergétique qui s’enracine dans les ancestrales pratiques corporelles que les chinois dénommaient Taoyin. Il faisait ainsi partie de l’ensemble de Yangshengfa, les méthodes pour nourrir la vie, avec la diététique, la méditation, la sexologie, le massage ou encore la psychologie.

Le terme qigong est relativement récent. Suite à la révolution chinoise, les pratiques énergétiques ont été regroupées sous ce nom pour s’affranchir des anciens systèmes « féodaux et religieux ». Elles étaient issues des arts martiaux, des arts thérapeutiques et des arts spirituels taoïste, confucianiste et bouddhiste. Leurs racines plongent dans la plus ancienne tradition chinoise, shamanique (Wu), qui a donné leur philosophie et culture multi millénaire (Tao, Wuji, ying yang, etc.). le qigong fait partie intégrante de la Médecine Traditionnelle Chinoise.

L’Esprit de la forme est priviligié dans la pratique. Ce qui prime est l’atteinte de l’état d’unification que la pratique du Qigong doit engendrer. L’accent est donc mis dès le début de l’apprentissage sur le Shen (l’Esprit). Le Shen ayant pour véhicule l’Energie, c’est à l’écoute du Qi que nous conduit cette attitude fondamentale. Enfin, la forme corporelle étant elle-même l’expression du Qi interne, les pratiques s’affinent progressivement et naturellement.

qi_gong_img1

Quelque soit le style, la pratique comporte des processus de régulations incontournables jusqu’à réguler sans réguler. Ils sont :

  • La régulation du corps, dont la sensation est le langage pour l’harmonisation : une auto observation interne (gong fu de la sensation et de la conscience interne). Ce sont des stades de relaxations profondes : physique superficielle – muscles, tendons et ligaments – organes internes. La détente est la base du Qigong sans quoi rien n’est possible. Actuellement la chine travail surtout à ce niveau pour un qigong de « rééducation physique».
  • La régulation de la respiration, permet de convertir efficacement l’essence des aliments, d’améliorer la qualité des métabolismes, clé de l’efficacité du remplacement cellulaire, la régulation stratégique du yin et du yang, harmonise le corps, le mental et le qi.
  • La régulation du mental qui est le contrôle de l’émotionnel où l’on affronte son propre esprit : travail sur le cœur étroitement lié à nos pensées et à nos réactions émotionnelles (les 7 passions et 6 émotions) pour un esprit calme et clair. Après la révolution ce sont les régulations qui ont été visées officiellement. Il existe deux autres niveaux traditionnels qui posent problème à l’esprit matérialiste :
  • La régulation de l’énergie, où il s’agit de conduire l’intention en interne et externe du corps pour produire du qi, le protéger et nourrir (ainsi que l’essence jing), thésauriser et transporter : chasser le pervers, saisir le qi des éléments, recevoir le qi d’un maître, transmettre à une autre personne.
  • La régulation de l’esprit naturel, entrée dans la vallée, racine de la vie, qui gouverne l’ensemble des vibrations. C’est l’entrée dans le non-être, sans volonté propre, agir sans faire, et les fonctions exceptionnelles de perceptions, de sagesse hors du temps… jusqu’à l’illumination pour une conscience non altérée.

qi_gong_img2

Le qigong peut être séparé en 2 familles : celui des formes spécifiques, dirigées et formalisées qui s’oppose à celui de la non forme, non spécifiée, spontanée et informelle. Les formes de qigong ont souvent de joli nom poétique ou philosophique qu’elles soient externes ou internes. Certaines sont très détaillées et longues.

En qigong spontané ou sans forme, il n’y a rien à apprendre et rien à suivre. C’est un qigong du « flot naturel » qui fait intervenir des mouvements du corps sans être dirigé. De même la méditation « passive » est également sans forme. Dans le qigong sans forme on peut diriger le qi dans tous les recoins où l’on en a besoin, comme l’eau trouve son chemin vers les nappes phréatiques. Le pratiquant peut s’accorder à sa nature profonde, primordiale ou originelle, au delà de son conditionnement personnel. Cet être primordial est la version parfaite du « Moi » en nous, à l’état latent. Cela révèle ce qui est enfoui en nous : une santé parfaite, l’intuition, la perspicacité, la productivité, la créativité, la joie intérieure. Les plus hauts niveaux de qigong ne sont pas possibles à enseigner car les méthodes les plus avancées sont dépourvues de forme. C’est une expérience directe de la vraie nature du qi, qui est éternel et l’univers lui même.


Qi Gong - puissante émission de qi

L’interne renvoie à ce qui est en permanence en nous : organes, les fluides et la fusion du ciel et de la terre dans le cœur esprit pour conférer la sagesse et une perspicacité accrues. L’externe renvoie à deux choses, les mouvements musculaires et aux extrémités du corps : il vise la santé physique et l’acquisition de la puissance et de la flexibilité, de guérison et de longévité. Il y a un aspect supplémentaire à l’externe, par le renforcement du qi, on peut le canaliser pour aider ou traiter quelqu’un d’autre : une thérapie non locale ou à distance avec une large palette dans le monde : toucher thérapeutique par énergie magnétique, toucher guérisseur, reiki, polarité, méthode en deux points, guérison par le shen ou la prière, etc. Par rapport à ces techniques, le qigong englobe un système complet de pratique avec des pratiques personnelles.

« Le Qigong est thérapeutique par Essence »

Il y a des milliers de formes de qigong avec des traditions, une dynamique et une orientation qui puissent convenir à vos buts, condition physique et philosophie. Comme les anciens maitres, vous pourrez finir par combiner vos méthodes et pratiques pour créer votre forme. La meilleure forme n’est pas celle qui est célèbre, mais celle qui vous convient et que vous partagez avec d’autres. C’est ce qui a maintenu la pratique du qigong au fil des siècles et l’a fait évoluer, en éliminant les résistances intérieures pour que le qi accomplisse toutes ses promesses.

Pin It on Pinterest